Donatien Bachmann, basson

8D6A1291.jpg

Né en 1998, Donatien Bachmann commence ses études de basson dans la classe d'Antoinette Baehler au CPMDT. À l'âge de 16 ans, il entre dans la classe d'Afonso Venturieri à la Haute Ecole de Musique de Genève, où il obtient un Bachelor of Arts en 2018. Il poursuit ensuite ses études à la Hochschule für Musik Basel dans la classe de Sergio Azzolini, obtenant son Master of Arts in Musikalischer Performance en 2020. Il se perfectionne aujourd’hui encore dans la cité rhénane aux côtés du maestro italien dans le cadre d’une School of Excellence, se tournant notamment vers l’étude du basson baroque.

Donatien se produit régulièrement en tant que soliste avec divers ensembles, parmi lesquels l'Orchestre des Jeunes de la Suisse romande, le Hamburger Harvestehuder Sinfonieorchester, l’Orchestre du Festival d’Ernen, le Kammerorchester Basel ou encore l'Orchestre de Chambre de Genève.

Souvent appelé à créer en musique de chambre et en orchestre, Donatien échange musicalement avec de nombreux talents de différentes générations. En chambriste il joue aux côtés de Janine Jansen, Thimothy Ridout, Béatrice Berrut, Matthew Hunt ou encore Dmitry Smirnov, et en orchestre sous la baguette de chefs renommés tels que Daniel Harding, Heinz Holliger, James Gaffigan, Alondra de la Para ou bien Charles Dutoit.

Bassoniste du Verbier Festival Junior Orchestra pendant trois ans, il est aussi membre fondateur du Basilea Wind Quintet en 2018, ensemble à vent formé de jeunes musiciens prometteurs issus de la Hochschule für Musik de Bâle et primé à la Orpheus Competition en 2019.

Quintuple lauréat du Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse, lui valant de rejoindre en 2014 la Fondation Ruth et Ernst Burkhalter, Donatien s’est aussi vu attribué un 2ème Prix (1er non-attribué) au CNEM de Riddes en 2018 ainsi qu’un 3ème prix à la 8ème International Bassoon Competition Giaocchino Rossini.

Musicien curieux, turbulent et créatif, il décrit la musique comme solitaire, partagée, de transmission, non-élitiste, infinie et unique, ... mais surtout curative comme le dit si bien Albert Schweizer : « Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats ».

Donatien Bachmann est soutenu par la Fondation Friedl Wald, la Fondation Kiefer-Hablitzel ainsi que le Pour-cent culturel Migros.